Comment financer la culture au Burkina Faso?

Publié le par Adamou L. KANTAGBA

Comment financer la culture au Burkina Faso?
Comment financer la culture au Burkina Faso?
Comment financer la culture au Burkina Faso?
Comment financer la culture au Burkina Faso?
Comment financer la culture au Burkina Faso?

Dans le cadre de la mise en œuvre du programme de son cycle de conférences-débats qu’elle organise en collaboration avec l’Institut Goethe, Educ Afrique, cabinet basé à Ouagadougou et spécialisé dans l’éducation, les arts et la culture, a réservé son parloir le 25 juillet 2015 à Boukary Ouédraogo, alias Becker, qui a entretenu le public sur le thème du « financement de la culture au Burkina Faso ».

Boukary Ouédraogo, alias Becker, a essentiellement évoqué les dispositifs de financement de la culture au Burkina, parmi lesquels l’autofinancement, les banques et établissements financiers, le sponsoring, le financement public, le financement extérieur, les mécanismes innovants comme le crowfunding et le fundraising. L’économiste planificateur a ensuite dressé l’état des lieux et les perspectives en matière de dispositifs d’appui financier à la culture burkinabè.

Le Directeur de la promotion des industries culturelles et créatives (DPICC) a ainsi relevé, entre autres, au niveau du financement public national, une faible allocation budgétaire du ministère de la Culture et du Tourisme (MCT), et une faible accessibilité des fonds nationaux. Il a en effet précisé que moins de 1% du budget de l’Etat est consacré au financement de la culture avec seulement 3 lignes budgétaires de soutien au secteur privé à travers le cinéma, les initiatives culturelles et le Bureau burkinabè du droit d’auteur (BBDA). Boukary Ouédraogo a en outre rappelé le caractère général des 14 fonds de financement qui ne tiennent pas compte des spécificités de la culture.

À ces griefs s’ajoutent la faible déconcentration et la complexité des procédures de ces fonds. D’où la nécessité selon le conférencier d’augmenter les dotations budgétaires du MCT pour qu’il puisse répondre aux ambitions portées sur les industries culturelles au niveau de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD).

Le DPICC a en outre pointé le doigt accusateur sur l’amenuisement progressif du financement extérieur dû à la crise dans les pays donateurs, au soutien d’autres continents, à l’exigence plus accrue dans la qualité du dossier, à l’absence d’un cadre permanent de dialogue avec les bailleurs, etc. Aussi a-t-il estimé utile la mise en place d’un tel cadre et d’une cellule de veille informationnelle sur les financements internationaux. Dans la rubrique banques et établissements financiers, Becker a indexé la faible accessibilité au crédit bancaire due à la méconnaissance du secteur par les banquiers, au risque commercial, etc.

Aussi a-t-il jugé nécessaire d’organiser des sessions de formation au profit des analystes financiers et de convaincre les banquiers de tenir compte des caractéristiques ou des spécificités des entreprises culturelles, ainsi que le recours aux sociétés de garantie pour faciliter l’accès au crédit bancaire. Quant à l’autofinancement, M. Ouédraogo explique ses insuffisances par la faiblesse des recettes propres due à l’étroitesse du marché intérieur qui est du reste dominé par les produits de la piraterie et de la contrefaçon, le difficile accès du marché international, l’absence de cadres organisés de commercialisation, une fiscalité élevée et peu incitative, la cherté des intrants et autres facteurs de production, etc.

Pour lui, l’amélioration des recettes passe par la conquête des marchés, la lutte contre la piraterie, l’amélioration de la qualité des produits, la mise en place de cadres organisés de commercialisation, la vente des produits dérivés, etc. Le faible sponsoring et le mécénat quasi inexistant, selon, lui doivent être rehaussés en défiscalisant une partie de la contribution des sponsors et mécènes. Le crowdfunding implique un appel d’offre ouvert à travers internet pour la fourniture de ressources financières, le fundraising est une forme de levée de fonds.

Juste SAMBA (Lire la version originale sur Fasozine)

A lire aussi dans le même registre : la domination culturelle africaine, le statut de l'artiste au Burkina Faso 

http://kantadamoul.over-blog.com/2015/06/au-dela-cette-afrique-la.html

http://kantadamoul.over-blog.com/2015/03/culture-au-burkina-faso.html

 

 

 

 

 

Publié dans Société

Commenter cet article