CONFÉRENCES PUBLIQUES EDUC AFRIQUE SUR LA CULTURE

Publié le par Adamou L. KANTAGBA

CONFÉRENCES PUBLIQUES EDUC AFRIQUE SUR LA CULTURE
CONFÉRENCES PUBLIQUES EDUC AFRIQUE SUR LA CULTURE
CONFÉRENCES PUBLIQUES EDUC AFRIQUE SUR LA CULTURE
CONFÉRENCES PUBLIQUES EDUC AFRIQUE SUR LA CULTURE
CONFÉRENCES PUBLIQUES EDUC AFRIQUE SUR LA CULTURE
CONFÉRENCES PUBLIQUES EDUC AFRIQUE SUR LA CULTURE
CONFÉRENCES PUBLIQUES EDUC AFRIQUE SUR LA CULTURE
CONFÉRENCES PUBLIQUES EDUC AFRIQUE SUR LA CULTURE
CONFÉRENCES PUBLIQUES EDUC AFRIQUE SUR LA CULTURE
CONFÉRENCES PUBLIQUES EDUC AFRIQUE SUR LA CULTURE
CONFÉRENCES PUBLIQUES EDUC AFRIQUE SUR LA CULTURE
CONFÉRENCES PUBLIQUES EDUC AFRIQUE SUR LA CULTURE

A L’INSTITUT GOETHE

  1. Samedi 30 janvier 2016, 15h 30-17h 30

Conférencier : Idrissa Zorom, auteur, administrateur culturel.

Thème : « Démocratisation de la culture et des arts au Burkina Faso. Quel devenir ?»

Résolument engagé dans un processus démocratique fondé sur plusieurs grands principes, le Burkina Faso a posé les jalons et bases de sa jeune démocratie en construction. Le périmètre de la démocratisation ne se limite pas au champ politique et prend nécessairement en compte l’espace culturel et artistique. Alors, la légitimité d’un regard critique sur le processus démocratique sous l’angle culturel et artistique s’impose.

Le conférencier essayera de faire le point sur les avancées démocratiques en matière culturelle sans omettre de porter un regard prospective.

Modérateur : Ousmane Tiendrébéogo, journaliste, rédacteur en chef du journal Le Soir

…………………………………………………………………………………………...

  1. Samedi 19 mars 2016, 15h 30-17h 30

Conférencier : Lucien Batcho, journaliste, doctorant à l’Institut panafricain d’études et de recherche sur les médias, l’information et la communication (IPERMIC).

Thème : « Précarité des médias et périls démocratique en Afrique francophone »

Le XVIIIe siècle a fait comprendre au monde qu’il ne pouvait y avoir de démocratie sans médias libres. Cet idéal est toujours d’actualité au XXIe siècle. La réalité démocratique se démontre par l’existence et la vitalité des médias. C’est cette même conviction qui entretient le pluralisme médiatique dans nos États depuis l’avènement des processus démocratiques au début des années 90.

Comment avoir de véritables organes de presse indépendants gages d’une démocratie aboutie ? Comment financer la presse pour qu’elle ne soit pas un instrument au service des puissances politiques et d’argent ? Quelle place pour l’information et la presse face à la déferlante des TICs ? Telles sont les questions sur lesquelles la réflexion du conférencier va porter.

Modérateur : Ousmane Tiendrébéogo, journaliste, rédacteur en chef du journal Le Soir.

…………………………………………………………………………………………...

  1. Samedi 28 mai 2016, 15h 30-17h 30

Conférencier : Zakaria Sana, expert de la Maison d’entreprise du Burkina Faso

Thème : « Plan d’affaire et création d’entreprise : intérêt et enjeux»

Au cœur de toute création d’entreprise, il y a une idée d’affaires qui, parce qu’elle peut être exploitée de manière efficace dans la perspective d’une création de richesse ou de valeur, devient une opportunité d’affaires. Le plan d’affaires ou Business plan désigne un document décrivant une démarche pour une opportunité d’affaires donnée : les faits qui la valident ou la construisent, la combinaison préconisée des moyens de production et les résultats de leur exploitation sur un horizon donné.

Son élaboration, plus qu’une formalité, est un véritable exercice de réflexion prospective profonde qui mérite toute l’attention requise. Le conférencier s’attèlera à expliquer la nécessité de son élaboration ainsi que ses enjeux lors de la création d’une entreprise qu’elle soit culturelle ou autre.

Modérateur : Ousmane Tiendrébéogo, journaliste, rédacteur en chef du journal Le Soir.

…………………………………………………………………………………………...

  1. Samedi 30 juillet 2016, 15h 30-17h 30

Conférencier : Victorine Drabo, Ingénieur de recherches, Institut national des sciences sociales (INSS).

Thème : « Littérature et éducation »

La question de l’éducation est, on ne peut en douter, au cœur des débats actuels. Elle est d’autant plus actuelle et réelle que l’existence même des hommes en pâtit. L’éducation parentale et scolaire (les deux paramètres de l’éducation les plus connus traditionnellement) semble connaitre des limites de nos jours.

Il est alors plus que nécessaire de repenser l’éducation dans nos sociétés. Se situant dans la même perspective que le groupe Cultural Studies pour lequel : « si les hommes ne portent pas dans leurs têtes des romans, ils risquent de nous jeter un jour des pierres », la conférencière postule qu’une autre forme d’éducation basée sur les œuvres littéraires est possible. 

Il s’agit donc pour la conférencière de montrer, à l’aune de l’évolution des sciences sociales, que l’œuvre littéraire, loin d’être une simple œuvre de distraction, passive, est un actant actif susceptible de jouer aux côtés des hommes un grand rôle dans l’éducation.

Modérateur : Ousmane Tiendrébéogo, journaliste, rédacteur en chef du journal Le Soir

…………………………………………………………………………………………...

  1. Samedi 24 septembre 2016, 15h 30-17h 30

Conférencier : Adamou KANTAGBA, écrivain, critique littéraire.

Thème : « L’édition littéraire au Burkina Faso : opportunités ou engagement ? »

L’édition littéraire en Afrique remonte aux lendemains des soleils des indépendances. Il faut, en effet, situer ses débuts dans les années 1978 avec la création, sous l’instigation du poète-président, Léopold Sédar Senghor, des Nouvelles éditions africaines (NEA). Depuis, l’édition a connu des fortunes diverses selon les pays. Au Burkina Faso, l’on est ainsi passé de trois maisons d’édition nationales au cours de la période 1960-1982 à trente-deux entre 1983-2000.

Comment se faire éditer au Burkina Faso ? Quelle est la typologie des maisons d’édition burkinabè ? La floraison observable et observée des maisons d’édition ces dernières décennies au pays des Hommes intègres est-elle synonyme d’opportunités d’affaires ou faut-il, plutôt, y voir d’un engagement des éditeurs burkinabè à publier les auteurs ? Ce sont là autant d’interrogations auxquelles le conférencier tentera de répondre.

Modérateur : Ousmane Tiendrébéogo, journaliste, rédacteur en chef du journal Le Soir

…………………………………………………………………………………………...

  1. Samedi 26 novembre 2016, 15h 30-17h 30

Conférencier : Yacouba TRAORÉ, Ingénieur en informatique.

Thème : « Gouvernance des TIC et promotion culturelle au Burkina Faso»

Les Technologies de l’information et de la communication avec tout ce qu’elles impliquent peuvent et doivent être, aujourd’hui, des canaux privilégiés de promotion et de valorisation non seulement de la culture mais aussi et surtout des industries culturelles. Qu’entend-on par gouvernance des TIC ? Quelle politique mettre en place au Burkina Faso pour permettre la promotion et la valorisation de nos valeurs et industries culturelles ? Telles sont les principaux enjeux de cette communication.

Modérateur : Ousmane Tiendrébéogo, journaliste, rédacteur en chef du journal Le Soir

 

 

 

Publié dans Société

Commenter cet article