50e ANNIVERSAIRE DE L'UNION AFRICAINE

Publié le par Adamou L. KANTAGBA

 L'Afrique a voulu, l'Afrique n'a pas pu...


50 ans de franceafricA René Dumont qui avait écrit que l’Afrique noire était mal partie, l’on raconte que le généralissime Gnassimbé Eyadéma  aurait répondu par cette boutade restée célèbre depuis : « L’essentiel est qu’elle  parte !». De l’Union africaine(UA), après cinquante hivernages bien drus, les chefs d’Etat du contient doivent aussi se dire sans doute tout bas à l’instar de feu Eyadéma : « L’essentiel est qu’elle existe ».

Disons-le tout net, cette institution panafricaine qui avait suscité bien d’espoir aux lendemains des indépendances  a déçu plus d’un. De l’espoir, on est passé au dépespoir au point où pour beaucoup le seul mérite de  l’UA, en tout cas pour le moment, c’est d’exister.  S’il est vrai qu’il n’y a  pas eu que des points  noir au tabeau de l’UA ; il faut aussi admettre qu’en un demi-siècle de vie,  les points noirs qu’elle a collectionnés sont si nombreux qu’ils en viennent à éclipser et même à noicir les quelques points blancs qu’on aurait pu inscrire à son actif.

africaIl faut dire que l’Union africaine a véritablement manqué le coche sur bon nombre de dossiers et s’est, à moults reprises, fait damer par le point par l’Union européenne, les Etats-Unis ou même par la France. En effet, dans combien dossiers, pourtant brûlants, a-t-on entendu de façon audible la voix de l’UA ?

Dans le dossier malien, tout près, quel rôle de 1er plan a-t-elle joué ?  N’eût été Serval, le Mali un et indivisible serait bel et bien divisé. Cela n’en déplaise à la fameuse force en attente de la cédéao qui semblait attendre Godo avant de se jeter dans la bataille.

En Lybie, les forces de la coalition avec à leur tête, le truculent Hongrois qui s’est fait couronné chez les Gaulois, j’ai nommé Sarkozy, ont pillonné le pays,  tué son Guide (pourtant  principal soutien financier de l’institution sur le continent) et fait main basse sur le pétrole sans que l’UA n’ait levé le petit doigt.  

Que dire du cas ivoirien ? Là encore, tout porte à croire que c’est Licorne qui a eu raison de Laurent K. Gagbo et non les FN/FRCI et ont ainsi mis fin à la plus grave crise postélectorale de la RCI. Où diable était encore l’UA ?

kadhafiNée sous les cendres de l’OUA, l’UA était censée réaliser le rêve des Kwamé N’Krumah, Patrice Lumumba  et bien d‘autres dignes fils du continent : l’unité africaine.  Rêve qu’ils ont payé le plus souvent de leur vie. Hélas, les années passant, les présidents de commission se succédant à la tête de l’instance continentale, la génération actuelle  de leaders politiques et d’intellectuels n’a pa su bâtir les pyramides qu’elle avait à édifier dans  la tradition d’un Joseph Ki-Zerbo. L’UA a fini par un être ce machin, ce syndicat des chefs d’Etat où ils se tiennent la main et se soutiennent. Advienne que pourra !

 En ce cinquantième anniversaire de l’orgonisation panafricaine qui est célébré à juste titre sous le thème : « Le panafricanisme et la renaissance africaine », il faut réaffirmer cette nécessité d’aller à l’unité africaine. En effet, au seuil de ce 3e millénaire, l’Afrique sera unie ou ne sera pas  pour la bonne et simple raison que c’est ensemble que tout devient possible ainsi que disait Sarkozy. L’Union européenne, les Etats-Unis en sont des exemples palpables.

Mais en attendant la cinquantaine d’Etat du continent devrait au moins mutualiser leur force en matière de défense pour se doter d’une armée africaine à même de faire face aux conflits récurrents sur le continent. Cela permettrait de ne pas recourir, cinquante ans après les indépendances, à la métropole comme on le fait  actuellement.

eu attaquésL’Union africaine est financée essentiellement aujourd’hui par l’Union européenne. Cela pose problème. De ce point de vue, les indépendances politiques de nos Etats doivent s’accompagner d’indépendances économiques.  La sagesse africaine ne nous enseigne-t-elle pas que la main qui donne est supérieure à celle qui reçoit.  Si l’Union africaine veut avoir droit au chapitre, si elle veut que sa voix entendue,  elle doit s’assumer. C’est cela aussi.  Joyeux anniversaire UA !    Au moins, tu existes !roses

Publié dans Actualité

Commenter cet article