CONCOURS LITTERAIRE CALAMU.

Publié le par Adamou L. KANTAGBA

 Ecrivains, à vos plumes!livres jeunesse

C A L A M U

 

Calamu désigne la plume qui sert à écrire. L’expression est empruntée du dioula ou encore du bambana, langue véhiculaire parlée à l’Ouest du Burkina Faso, mais également une langue transnationale que l’on retrouve selon les variantes dans les pays de la sous-région, notamment au Mali, en Côte d’Ivoire, en Guinée et au Sénégal.

Calamu tire son étymologie de l’arabe qalam avec des correspondances en français calame, aussi bien en grec calamos qu’en latin calamus, pour désigner la tige de roseau taillée servant à écrire.

Calamu est donc une expression appropriée, à la fois locale, régionale et universelle, consacrée par la Société des Auteurs, des Gens de l’Ecrit et des Savoirs (SAGES) pour magnifier l’excellence en matière d’écriture à l’occasion de la Rentrée littéraire du Faso.

 

TITRE I : DES OBJECTIFS DE CALAMUrentree litt1-copie-1

 

Article 1 :       Calamu vise à :

-       encourager la création littéraire ;

-       accompagner l’activité éditoriale;

-       promouvoir le livre et les auteurs;

-       susciter l’émergence de jeunes talents en matière d’écriture.

               

Article 2 : Calamu comprend les volets suivants :

-      Concours du jeune calame ;

-      Calamu de l’auteur burkinabè le plus lu en bibliothèque ;

-      Calamu du titre littéraire burkinabè le plus sollicité en librairie ;

-      Calamu du titre documentaire burkinabè le plus sollicité en librairie ;

-      Calamu de l’écrivaine confirmée;

-      Calamu du public ;

-      Calamu (s) d’honneur.

 

TITRE II : DU CONCOURS DU JEUNE CALAME

 

Article 3 :       Seuls les candidats burkinabè ou étrangers ayant entre 16 et 25 ans peuvent prendre part au concours.

Article 4 : l’œuvre à soumettre au jury est essentiellement un recueil de nouvelles d’au moins deux (2) titres.

Article 5 : Le manuscrit doit comporter au minimum dix (10) pages et au maximun 20 pages.

Article 6 : Le texte doit être saisi en double interligne sur du papier format A4. Les feuilles doivent être assemblées et reliées.

Article 7 :       Les œuvres présentées doivent être inédites et originales. Les textes doivent être écrits ou traduits en français.

Article 8 :       L’œuvre doit être déposée en trois (03) exemplaires.

Article 9 :       Toute œuvre reconnue plagiaire ou apparentée entraîne         une disqualification immédiate. 

Article 10 : Toute œuvre   primée  auparavant, même inédite, ne  peut être autorisée  à concourir.

Article 11 : Les thèmes traités par les candidats sont d’inspiration   libre.              

Article 12 : Les auteurs doivent joindre à leur œuvre un feuillet libre mentionnant leurs nom & prénoms, date de naissance, adresse, numéro de téléphone avec la mention « Prix du Jeune Calame ».

Article 13 : Tout auteur, s’il le désire, peut concourir sous un pseudonyme. Il est cependant exigé qu’il fasse acte de candidature sous sa véritable identité comme indiqué à l’article 12.

Article 14 : Les œuvres collectives ne sont pas admises et toute déclaration non fondée sur la paternité de l’œuvre sera disqualifiée.

Article 15 : Les œuvres ne sont pas retournées à leurs auteurs.

Article 16 : Les œuvres peuvent être remises aux correspondant(e)s de la SAGES dans les établissements, à l’université ou dans la zone indiquée. Elles peuvent aussi être déposées directement  à la Bibliothèque nationale du Burkina (sise côté OST) ou au Centre national de lecture et d’animation culturelle (Maison du peuple) au plus tard le 31 juillet 2013 à 17 heures.

 

TITRE III : DU PRIX DU JEUNE CALAME

Article 17 : La proclamation des résultats  interviendra à l’édition courante de la Rentrée littéraire du Faso.

Article 18 : Le Prix du Jeune Calame  se décline comme suit :                        

§  1er prix :         150 000 FCFA + un diplôme + un trophée +  livres

§  2ème prix        100 000 FCFA + un diplôme + livres

§  3ème prix        50 000 FCFA + un diplôme + livres

 

Article 19 : La SAGES s’engage à entreprendre les démarches auprès des partenaires pour l’édition des meilleures productions dans la mesure du possible.

Article 20 : La participation au prix du Jeune Calame implique l’acceptation des conditions ci-indiquées.

 

 

 

 

 livres adultes

TITRE III : DU PRIX CALAMU 

 

Article 21 : Le  Calamu de l’auteur burkinabè le plus lu en bibliothèque se fera en collaboration avec les bibliothèques et centres de lecture. Des fiches techniques et les critères seront établis par le Jury.

Article 22 : Le  Calamu de l’auteur burkinabè le plus lu en bibliothèque a une valeur de 200.000 FCFA + une attestation + un trophée.

Article 23 : Le  Calamu du titre littéraire burkinabè le plus sollicité en librairie se fera en collaboration avec les librairies agréées. 

Article 24 : Le  Calamu du titre littéraire burkinabè le plus sollicité en librairie a une valeur de 200.000 FCFA + une attestation + un trophée.

Article 25 : Le  Calamu du titre documentaire burkinabè le plus sollicité en librairie se fera en collaboration avec les librairies agréées. 

Article 26 : Le  Calamu du titre documentaire burkinabè le plus sollicité en librairie a une valeur de 200.000 FCFA + une attestation + un trophée.

Article 27 : Le Calamu de l’écrivaine confirmée  sera décerné à l’auteur féminin en fonction des critères établis par le jury. Il est doté de  200.000 FCFA + une attestation + un trophée.

Article 28 : Le Calamu du public sera décerné à l’auteur qui aura recueilli le plus de voix en termes de popularité et de présence auprès du lectorat. Ce volet se fera en partenariat avec la presse et les opérateurs de téléphonie mobile.

Article 29 : Le Calamu du public a une valeur de 200.000 FCFA + une attestation + un trophée.

Article 30 : Le Calamu d’honneur sera décerné aux personnes physiques ou morales dont l’action contribue à la prospérité du livre et de l’écrit au Burkina Faso.

Article 31 : Des prix spéciaux peuvent être décernés par les institutions et partenaires. La valeur du prix spécial ne doit pas être en deçà de 200.000 FCFA.

 

TITRE IV : DU JURY  CALAMU ET AUTRES DISPOSITIONSL & E

 

Article 32 : Le Jury Calamu est composé d’éminentes personnalités du monde littéraire et scientifique.

Article 33 : Le jury en toute souveraineté se réserve le droit de disqualifier les œuvres qui ne répondent pas aux critères établis.

Article 34 : La décision du jury est sans appel.

Article 35 : La Société des auteurs, des gens de l’écrit et des savoirs s’engage à assurer la formation des jeunes lauréats et à accompagner la promotion des œuvres primées.

Article 35 : La Société des auteurs, des gens de l’écrit et des savoirs est le maître d’œuvre du concours et de l’événementiel Calamu.

                                                                                                        Le président de la SAGES

Dr. Dramane KONATE

Publié dans Création littéraire

Commenter cet article

daniel 28/05/2013 00:19

slt frère.merci pr cett. info.pour moi je pense que le concours litteraire calamu participe a la valorisation de la lecture et de l'ecriture au burkina.je suis de cœur avec la SAGESS.

Adamou L. KANTAGBA 29/05/2013 04:07



Merci d tn soutien sans faille. Dieu te garde. "Lisez, écrivez, dit-on, l'avenir est dans le livre"