ELECTION PRESIDENTIELLE MALIENNE

Publié le par Adamou L. KANTAGBA

 

Et si Soumaïla Cissé n’avait pas parlé…

 

 

 


Dans notre précédent billet intitulé : Présidentielle malienne. 2e tour ou crise postélectorale ? nous écrivions ceci : « Il est important que sans aller aux affrontements que les opposants politiques ne se laissent plus voler facilement les voix de leurs électeurs. En cela, Soumaïla Cissé montre la voie ».

Eh bien la suite des évènements sur les bords du Djoliba nous renforce dans notre conviction et donne raison à Soumaïla Cissé. Lui qui avait dénoncé des machinations politico-politiciennes pour le mettre hors-jeu dès le 1er tour. Échec et mate donc pour ces magouilleurs tapis dans l’ombre ! Il y aura tchogo tchogo un 2e round pour départager les deux adorables rivaux. N’en déplaise à certain ministre de l’Administration…, ou à certain représentant d’une certaine organisation, plus francophone qu’internationale, qui gagnerait beaucoup plus à faire de la culture que de la politique.

C’est dire donc que si Soumaïla Cissé avec la Coalition qui le soutient n’étaient pas montés sur leurs grands chameaux, la manœuvre serait passée, haut les mains ! N’est-ce pas ce qu’on a fait à Cellou Dalen Diallo en Guinée ? Cela sous l’œil bienveillant de ces fameux observateurs internationaux qui n’ont rien observé, donc n’ont rien vu ! 

Quand parler ou agir arrange, se taire est suicidaire, très suicidaire !

Le combat des deux adorables rivaux pour ce 2d round promet d’être des plus âpres. En effet depuis l’annonce des résultats du 1er tour, et l’effectivité du 2e, les rencontres et autres concertations s’enchainent, de jour comme de nuit, dans les différents QG des différents partis politiques à Bamako.

Tous les coups semblent permis. En effet, les alliances se font et se défont en fonction des promesses de gombos et/ou de postes ministériels. Partout où il y a homme, il y a, dit-on, hommerie. Tandis que la direction de l’Adema demande à voter Soumaïla Cissé conformément à l’accord qu’ils ont signé dans le cadre du Front du refus(FDR), le candidat malheureux du même parti, le 3e larron, faiseur de roi, Dramane Dembélé, appelle à curieusement à voter IBK ? Pourquoi désobéit-il à la consigne de sa propre famille politique ? Proximité idéologique ? Opportunisme politique ? Lui seul sait !

Du tako kélé, du tuk guili, à la sauce mandingue (KO ?), ou une victoire serrée (aux points) entre les boxeurs Soumi et IBK ? Pas même Baga, le célèbre devin du village de Nonki ne saurait le dire. Mais une chose est sûre : le combat promet d’être sans merci. Chacun des deux candidats ayant une revanche à prendre.

Si Soumaïla Cissé venait à perdre, il aurait quand même gagné. Pourquoi ? Parce ce qu’il serait allé jusqu’au bout de son combat. Il serait tombé les armes à la main.

Son refus d’être roulé dans la farine aussi facilement que ça, de revendiquer les droits de vote ses militants et sympathisants fera sans doute tache de beurre de karité ailleurs.

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article

housecleaning services 31/07/2014 13:14

I completely agree to your points regarding this matter. Always remember “Look before you leap”. Often people tend to take ridiculous actions when they are completely out of their mind. That could perhaps become the greatest mistake of your life.