Et de trois à l'UFR/LAC...

Publié le par Adamou L. KANTAGBA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      La mort a encore frappé au département de Lettres modernes(UFR/LAC) de l'université de Ouagadougou.  Aprés la disparution du Pr Jean Pierre GUINGANE grand dramaturge devant l'Eternel et que l'on appelait avec juste raison le "doyen des artistes"; après la disparution du non moins émérite Pr Bernardin SANON, à qui nous devons l'introduction de l'étude des oeuvres burkinabè au programme au département de Lettres modernes en 1978, brillantissime critique littéraire (avec lequel nous travaillions jadis dans le cadre de notre mémoire de DEA); la faucheuse s'en est encore prise à un enseignant du département en la personne du Pr Dominique MATANGA, l'un des rares tenanciers du nouveau roman à l'université. Ecrivain(nouvelliste, essayiste), enseignant-chercheur, ce refugié congolais (qui avait trouvé effectivement aux pays des hommes intègres et qui l'aimait de tout son coeur)a révolutionné autant qu'il le pouvait l'approche des textes littéraires en lettres modernes par des approches nouvelles et novatrices que les étudiants aimaient car elles correspondent à ce que nous pouvons appeler les chemins actuelles de la critique.

       Le Cercle littéraire et artistque Lire et Ecrire salue encore une fois ici la mémoire de ces montres sacrés de notre littérature. Puisse la terre du Burkina Faso et du Congo leur être légère et puissent les autorités universitaires immortaliser, ne serait-ce qu'à tire posthume, leur nom. Nous pensons que c'est amplement mérité.

       Leur mort subite, ayons le courage de le dire, pose et repose la délicate question de la relève à l'université. Il est grand temps de touver une solution définitive à cette épineuse de la relève. Il y va non seulement de l'honorabilité de nos univesrsités mais aussi et surtout de leur survie. C'est notre point de vue!

 

A.L.K

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Critique littéraire

Commenter cet article