GUINNEE CONAKRY. L'eau & l'électricité auront-elles raison de Condé

Publié le par Adamou L. KANTAGBA

eau guineeLe moins qu’on puisse dire c’est que les Guinéens sont remontés, très remontés contre les nouvelles autorités politiques en charge de leur destinées. Et ils étaient nombreux en fin de semaine derrière à descendre dans les rues pour manifester leur ras-le-bol à l’endroit des responsables politiques mais aussi des responsables de la Société des eaux de Guinée(SEG) et Électricité de Guinée(EDG). Et pour cause, ils sont soumis au supplice de Tantale, du nom de ce personnage de la mythologie condamné à être éternellement dévoré de faim et de soif à quelques pas d’une table couverte de mets et de boissons.  Qualifiée de château d’eau de l’Afrique de l’ouest, les fleuves Niger, Sénégal et Gambie prennent tous leur source en Guinée. C’est dire que les Guinéens auraient pu manquer de tout sauf d’eau potable et même d’électricité vu tout le potentiel dont regorge le pays.  Une politique conséquente des différents régimes qui se sont succédé auraient pu permettre de résorber ce problème récurrent depuis belle lurette. Les différents cours d’eau qui arrosent le pays étaient des atouts non seulement pour la construction de grands projets hydroélectriques mais aussi pour la pratique d’une agriculture extensive. Hélas, un demi-siècle après les soleils indépendances, « l’eau et l’électricité pour tous » n’est toujours pas une réalité. Et c’est à se demander si jamais, il le sera. Le Pr Alpha Condé en avait pourtant fait son cheval de bataille lors de la campagne présidentielle. Mais trois ans après les choses ne semblent guère s’arranger et le changement tant promis tarde à pointer du nez pour l’écrasante majorité des Guinéens qui ne savent plus à quelle source s’abreuver. Ainsi, le nombre d’abonnés de la Société des eaux de Guinée est estimé à 110.415 dans tout le pays, selon la SEG, tandis qu’Électricité de Guinée (EDG) compte quelque 60.000 abonnés dans la région de Conakry qui bénéficie essentiellement de la fourniture d’électricité.  Alors que la population guinéenne est de 10,6 millions habitants, selon une estimation officielle de 2011. C’est donc si peu dire que si rien n’est fait le pire est à craindre pour le régime Condé. En effet, cette crise sociale consécutive à la pénurie d’eau et aux nombreux délestages qui vient se greffer au bras de fer politique qui se joue entre pouvoir et opposition quant à l’organisation des prochaines élections pourrait être le courant impétueux qui emporterait le régime.   Alpha Condé et les siens feraient donc mieux de travailler à trouver une solution définitive à cette épineuse question de l’eau et de l’électricité ce d’autant plus qu’elles faisaient parties de ses promesses de campagne.  Certes des efforts sont fait dans la construction des forages ici et là. Mais ce n’est là qu’une solution provisoire. Et ainsi que nous le disions, le provisoire ne saurait devenir définitif.  « L’eau potable pour tous » ainsi que « l’électricité pour tous » doit devenir une réalité ! Face à la montée de la grogne sociale, il y va de l’avenir du régime. A lire aussi dans votre quotidien Le Soir.

 

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article