Littérature burkinabè

Publié le par Adamou L. KANTAGBA

A la découverte de Pierre Claver ILBOUDO…

 

                   Depuis sa création et sa reconnaissance officielle le 31décembre 2009 le Cercle littéraire artistique Lire et Ecrire se bat du mieux qu’il peut pour la promotion et la valorisation de l’écrit et des auteurs d’écrits au Burkina Faso  à travers de multiples conférences dans les collèges, lycées, universités et autres instituts. Cela afin de permettre aux élèves et étudiants de découvrir les auteurs qu’ils lisent mais que très souvent, ils ne connaissent pas. Pourquoi ? Susciter en cette jeunesse sur qui repose l’avenir de nos pays le goût de la lecture et de l’écriture, lire et écrire étant pour nous les deux pièces d’une même médaille. Notre conviction ? Aucun développement durable n’est possible sans le savoir. Or, le savoir se trouve dans les livres.

Qui est le Dr Pierre Claver ILBOUDO ?

                  Auteur de : Le Retour de Yembi, Adama ou la force des choses, Le Fils aîné, Le Mariage de Tinga, Madame le ministre et moi, Pierre Claver ILBOUDO est connu dans le milieu culturel et littéraire pour son engagement pour la promotion et la valorisation de notre littérature mais aussi et surtout pour sa disponibilité.

                  L’homme est très simple. Cette simplicité transparait dans ses œuvres qui sont écrites d’une écriture simple mais non simplicite, d’où sans doute le succès qu’il rencontre auprès des lecteurs. Le beau dit-il n’est pas forcément dans les choses compliquées voire complexes, dans les expressions fleuries, le style lourd, abscons pour parler comme lui (voire Madame la ministre et moi, chap. III, p. 40).

                   Né à Manga Pierre Claver ILBOUDO a étudié entre autres au Petit Séminaire de Pabré, au Lycée Philippe Zinda KABORE, à l’Université de Lagos, à l’Université de Cergy-Pontoise en France où il a soutenu une thèse de doctorat en Lettres modernes sur le nouveau roman. Interprète de conférence, Pierre Claver ILBOUDO a travaillé aux ministères des Affaires étrangères, à la BAD, à l’OUA actuelle UA.

                  C’est un homme très engagé, au sens noble du mot, et dans ses œuvres et dans la vie. Parrain de la Xe édition du Salon international du livre de Ouagadougou, il a prôné à juste raison l’introduction des productions littéraires burkinabè dans les programmes scolaires car, affirme-t-il, à livre importé, culture importée. Il est très actifs dans les mouvements associatifs (SAGES, Cercle littéraire et artistique Lire et Ecrire, Associations des interprètes-traducteurs, etc.) où il apporte son précieux concours pour l’édification d’une société plus éclairés et donc plus responsable. Théoriquement à la retraite, Pierre Claver ILBOUDO est pratiquement entre deux conférences, deux projets, deux associations, etc.

                  Voilà brièvement, chers amis du livre, passionnés de belles lettres, cet écrivain dont vous découvrez le nom parfois au détour d’une page et que nous avons avec nous en cet après-midi du samedi au Marien N’ Gouabi. Encore une fois, merci à vous de vous être donnés la peine de venir partager avec lui, avec nous, son immense expérience. 

                  Lycée Marien N’Gouabi, samedi 17/03/2012, A. L. K.

 

Publié dans Création littéraire

Commenter cet article