Plus je regarde l'Homme, plus j'aime mon chien

Publié le par Adamou L. KANTAGBA

 

 

 

 

 

 

 

SOCIETE. PLUS JE REGARDE L’HOMME…

 

Pour souligner la décadence morale de ses contemporains le Pr Laurent BADO aime à employer cette formule choc : « L’Homme est descendu plus bas que l’animal. » En cela, il rejoint  ce critique littéraire du XVIIe siècle qui ayant beaucoup cogité sur le genre humain à l’instar du frère BADO avait écrit : « Plus je regarde l’Homme, plus j’aime mon chien ».

 Raison ? Ils ont, hélas, mille fois raison. Lisez ce qui est arrivé  à ce brave enseignant d’une de nos universités publiques et vous en conviendrez avec moi.

Professeur d’université de son Etat, il avait mené ses recherches jusque tard dans la nuit, ce jour-là. Cela en dépit des salaires dérisoires qu’on leur donne après tant d’années passées sur les bancs à la recherche du savoir, des savoirs ; en dépit des conditions de travail déplorables [manques d’infrastructures, manques d’équipements adéquats, etc.] Il agissait sans doute par patriotisme, par amour pour son Burkina Faso. Nul doute qu’il voulait dans son domaine de connaissance apporter sa pierre à l’édification d’un Burkina Faso qui compte dans le concert des Nations. Car il ne faut pas s’y tromper : seule une Recherche véritable est gage d’un développement durable. On ne développera notre pays avec des bacheliers et des « bacs-3 ». Toutes les Nations qui se sont développées et que nous envions aujourd’hui [Etats-Unis, Chine, Japon, etc.] ne l’ont été qu’au prix d’un investissement conséquent dans l’enseignement supérieur et notamment dans la Recherche.

Conscient donc de l’importance de la Recherche, notre enseignant-chercheur cherchait, cherchait, cherchait. Le temps passait. Absorbé par ses travaux, il ne s’en rendait pas compte. Quand il s’en rendit compte, il était tard. Il sortit de son labo, alla chercher son véhicule pour rejoindre illico sa femme, ses enfants et son domaine.

Chemin faisant, il rencontra un pauvre monsieur qui le pria de bien vouloir l’avancer comme il se faisait si tard. Homme sensible, que dis-je, hypersensible à la détresse de son prochain, notre chercheur ne se fit pas prier deux fois. Il ouvrit la portière de sa voiture et embarqua l’inconnu…

Mais quelle ne fut sa surprise quand à peine quelques mètres parcourus, il sentit comme une arme collée à sa tempe…!

Vous avez compris. Il venait ainsi d’être dépossédé de sa voiture. Pourquoi ? En voulant rendre service ! Contraint aujourd’hui à prendre taxi, ou à se faire déposer par ses collègues cet enseignant aurait-il tort de faire sien cette boutade de Fontenelle : « Plus je regarde l’Homme, plus j’aime mon chien » ? Le chien [l’animal] au moins, et contrairement à l’Homme, ne fait pas du mal à son maître, à son bienfaiteur.

Ouaga, le 07/072011

Publié dans Société

Commenter cet article

http://www.qspray.com/ 25/08/2014 13:57

There is lot of theories about the way human descended from animals and everybody believes it. I loved the way you associated the love you have towards your dog with the ancestors of human race and also the changes that human beings are undergoing.

Zakaria Sana 13/07/2011 20:43



C'est vraiment malheureux que l'animal vaille mieux que certains Hommes de nos jours dans notre société. Cette suscite en moi une reflexion et je souhaite que nous la menions ensemble:
Quel peut être le rôle à jouer par notre génération pour remedier à "l'animalisation" continue de notre société?


Oubien tout est perdu et il n'y a plus rien à faire? Je pense que non mais quoi faire.



Adamou L. KANTAGBA 14/07/2011 19:50



C'est sûr que tout n'est pas perdu. Et cela tant qu'il yaura des hommes de bonne volonté comme toi qui chercheront à se poser des quetions sur les maux qui minent notre société contemporaine. La
solution n'est pas pour demain la veille mais c'est certain qu'en prenant conscience de notre décadence morale, et en y reflichissant nous trouverons des solutions. Sartre disait:"L'homme peut et
doit par ses responsablités trouver le bonheur sur terre" Quant aux Marxistes ne disaient-ils pas aussi que l'Homme était la mesure de toute chose. Donc invite les autres à lire l'article en
leur communiquant l'adresse du blog, ils feront sans doute leurs analyses et on verra ce ça va donner. Merci déjà de te sentir interpellé.



kantagba souleymane 08/07/2011 00:51



quelle histoire triste vous voyez a quelle point l'homme de nos jours a qui vs rendez service vs remercie.c'est dans cette logique aussi que BOUBOU HAMA disait :c'est le cheval que tu engraisses
qui te tue.



rayaisse p daniel 08/07/2011 00:32



bjr mon frere.je viens par ce message vous dire merci pour votre article sur la societe.Cet article ma permit de savoir que rendre service cest bien mais etre prudent cest mieux.