RESULTAT BEPC 2013

Publié le par Adamou L. KANTAGBA

 

 

 

 

 

 

 

Conséquence de l’inconséquence des élèves ?


 

 

 

 

           Les résultats du Bepc session de 2013 sont connus depuis le samedi 22 juin 2013. Cela sur presque toute l’étendue du territoire national. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la moisson a été maigre, très maigre.

           Au jury N°8 où, j’ai corrigé par exemple, nous avons noté la présence de 302 candidats sur un total de 324 candidats inscrits. 22 ont donc jeté l’éponge avant même d’avoir dégainé quoi que ce soit. Au 1er tour, nous avons eu 37 admis et 93 candidats étaient admissibles au 2e tour. Après délibération et proclamation des résultats du second tour, sur les 93 appelés, 28 furent élus. Ce qui nous donne tout tour confondus 65 admis sur 324 candidats. Beaucoup d’appelés donc, peu d’élus Alors à qui la faute ?  

        Certains collègues à qui nous avons posé la question estiment que les sujets contrairement à ceux que certains veulent faire croire étaient à la portée des candidats. Seulement les élèves passent plus leur temps à faire des grèves, à être dans la rue plutôt que dans les salles de classes à apprendre leurs leçons et /ou traiter des exercices. Les résultats sont donc la conséquence de l’inconséquence des élèves ?

     J’ai posé la même question à deux de mes anciens élèves en classe de 1re qui m’ont fait l’amitié de venir me rendre visite dans la soirée du samedi. Je revenais tout juste de la correction des épreuves du 2e tour.
Pour eux comme pour les collègues ci-dessus, les épreuves qu’ils ont vues étaient abordables. Ce n’était donc pas sorcier. De leur point de vue, leurs camarades n’ont pas suffisamment bossé vu que les années antérieures et surtout l’année passée les épreuves ont été très faciles. Donc chaque candidat se disait que : Bepc, c’est maïs. Pas la peine de se casser la tête.  Les résultats sont donc la conséquence de l’inconséquence des élèves ?
       
       Pour nous qui avons en charge la formation de ces jeunes, nous sommes froissés par ces mauvais résultats. Mais à quelque chose, malheur est bon. Ces résultats pourraient permettre en effet aux élèves de prendre conscience que le Bepc, ce n’est maïs comme ils pensent très souvent, donc de prendre au sérieux leurs études et de prendre en compte aussi ce que leur disent parents et enseignants.  Alors à bon entendeur…

 

 

À lire aussi le Mogho Naba Bâongo face aux candidats

Publié dans Société

Commenter cet article

Adamou L. KANTAGBA 03/07/2013 13:26


Conséquence aussi du PDEB, cela est tout aussi vrai. Et tu sais de quoi tu parles.


 

Sanoussi 24/06/2013 17:30


N'oublions pas aussi que ce sont les premiers bébés du PDEB qui viennent de tester leurs niveaux. Il faut peut-être repenser cette idée saugrenue qui veut que les enfants ne redoublent plus au
primaire jusqu'à je ne sais plus (c'est le CE1 ou 2?)


Du coup, les menaces et les cravaches de nos maîtres semblent manquer pour une bonne éducation de nos enfants.
Pensons-y