Cycle de conférences Educ Afrique à l'Institut Goethe

Publié le par Adamou L. KANTAGBA

Dans le cadre du renforcement des échanges et du partage des expériences entre les acteurs du monde des arts, des lettres, de la culture et de l'éducation, Educ Afrique initie tout le long de l'année un cycle de conférences-débats dénommé les Palabres Educ Afrique dont le programme est décliné ci-dessous :

PROGRAMMATION DU CYCLE DE CONFERENCES-DEBATS EDUC AFRIQUE EN COLLABORATION AVEC L’INSTITUT GOETHE

Samedi 31 janvier 2014, 15h 30-17h 30

Conférencier : M. Idrissa Zorom, auteur, juriste, administrateur culturel, chargé de programme Educ Afrique.

Thème : « Le statut de l’artiste au Burkina Faso : significations et enjeux ».

Les instruments juridiques internationaux sécrétés sous l’égide de l’Unesco engagent les différents États partis à accorder une attention particulière au traitement des questions fondamentales liées à la création et à la condition de l’artiste. Le conférencier, à travers une lecture croisée des engagements juridiques internationaux pris par le BF et les textes nationaux, fait une situation de la question.

Modérateur : Pr Issaka Salia, professeur de droit de la propriété intellectuelle/Université de

Ouagadougou.

…………………………………………………………………………………………………

Samedi 28 mars 2014, 15h 30-17h 30

Conférencier : Alceny S. Barry, inspecteur de français, auteur, journaliste culturel.

Thème : « Critique de presse et développement des arts au Burkina Faso : états des lieux »

Il s’agit pour le conférencier de dresser l’état des lieux de la critique de presse et de voir au regard de la faiblesse du tissu critique, comment articuler une stratégie qui tout en renforçant la capacité des journalistes contribue à la promotion des arts.

Modérateur : M. Idrissa Zorom, auteur, juriste, administrateur culturel, chargé de programme Educ Afrique.

…………………………………………………………………………………………………...

Samedi 23 mai 2015, 15h 30-17h 30

Conférencier : Dr Noël Sanou, directeur de l’Institut africain des industries culturelles (IAIC), enseignant à l’Université de Ouagadougou.

Thème : « La domination culturelle africaine moderne »

Dans une perspective pluridisciplinaire à base sémiotique – analyse des signes et symboles révélateurs – le conférencier, enseignant au département de lettres modernes, se propose de souligner que, sans jamais formuler de projets impérialistes, l’âme de l’Afrique a irrigué et continue d’irriguer le génie créateur de l’humanité dans ses modulations les plus originales.

Modérateur : M. Idrissa Zorom, auteur, juriste, administrateur culturel, chargé de programme Educ Afrique.

…………………………………………………………………………………………………...

Samedi 25 juillet 2015, 15h 30-17h 30

Conférencier : Ouédraogo Boukary, économiste, directeur de la promotion des industries culturelles et créatives (DPPIC).

Thème : « Le financement de la culture »

Un des éléments qui plombent le développement des entreprises culturelles est, dit-on, le manque de financement. Il s’agit pour le conférencier, directeur de la promotion des industries culturelles au niveau du ministère de la Culture et du Tourisme de décliner les différentes sources de financement existants et innovants possibles, d’une part ; et d’autre part d’indiquer les voies et moyens pour les capter.

Modérateur : M. Idrissa Zorom, auteur, juriste, administrateur culturel, chargé de programme Educ Afrique.

…………………………………………………………………………………………………...

Samedi 26 septembre 2015, 15h 30-17h 30

Conférencier : Adamou Kantagba, écrivain, doctorant en critique littéraire.

Thème : « La poétique magique pour une re-lecture des œuvres africaines.»

Au-delà des instruments d’analyse classique des textes littéraires conçus généralement par les Européens à partir d’études sur des œuvres européennes : sociocritique, critique structurale, sémiotique, etc., les critiques littéraires africains ont élaboré des méthodologies d’analyse des textes plus adaptés à l’étude des textes du continent. Sont de ces trouvailles, l’herméneutique de l’hybridité, la poétique magique, etc. Le conférencier présentera la poétique magique initiée par le Pr Go Issou et surtout montrera en quoi la poétique magique est plus efficiente pour l’analyse des récits africains, notamment les récits magiques.

Modérateur : M. Idrissa Zorom, auteur, juriste, administrateur culturel, chargé de programme Educ Afrique.

…………………………………………………………………………………………………...

Samedi 28 novembre 2015, 15h 30-17h 30

Conférencier : Lucien Batcho, Enseignant, doctorant à l’Institut panafricain d’études et de recherche sur les médias, l’information et la communication.

Thème : « Précarité des médias et périls démocratique en Afrique francophone »

Le XVIIIe siècle a fait comprendre au monde qu’il ne pouvait y avoir de démocratie sans médias libres. Cet idéal est toujours d’actualité au XXIe siècle. La réalité démocratique se démontre par l’existence et la vitalité des médias. C’est cette même conviction qui entretient le pluralisme médiatique dans nos États depuis l’avènement des processus démocratiques au début des années 90. Comment avoir de véritables organes de presse indépendants gages d’une démocratie aboutie ? Comment financer la presse pour qu’elle ne soit pas un instrument au service des puissances politiques et d’argent ? Quelle place pour l’information et la presse face à la déferlante des TICs ? Telles sont les questions sur lesquelles la réflexion du conférencier va porter.

Modérateur : M. Idrissa Zorom, auteur, juriste, administrateur culturel, chargé de programme Educ Afrique.

Les conférences ont lieu un mois sur deux à l'Institut Goethe non loin de la présidence de l'université de Ouagadougou.

Retrouvez les programmes des conférences en vous rendant à l'Institut Goethe ou en visitant le site www.goethe.de/burkinafaso.

Entrée libre et gratuite

 

Publié dans Société

Commenter cet article