Arrestations au Mali

Publié le par Adamou L. KANTAGBA

Il faut arrêter le soldat SANOGO… !

Lors d’un de mes séjours dans la grande ville de Sya, je discutais avec un monsieur qui finit par devenir un ami. Nous discutions de société au départ, puis sans que je ne susse comment nous glissâmes sur le terrain politqiue. Mon nouvel ami en avait après un Chef d’Etat africain dont je tairais volontiers le nom. Il me dit en substance que ce président avait tellement fait du mal à son pays mais aussi à l’Afrique tout entière qu’on devait, me dit-il, le pendre et mettre du feu sous ses pieds.

Aujourd’hui que je me rappelle ses propos, je me demande quel châtiment, il proposerait pour le capitaine SANOGO. Car ce monsieur aussi a fait beaucoup trop de mal non seulement au Mali mais aussi à tout le continent. En effet depuis son fameux coup d’Etat contre ATT contraint à l’exil, les chefs d’Etat ne font que courir de rencontres en rencontres pour trouver une solution à la crise malienne. Non content d’avoir permis aux MNLA et aux autres islamistes proches d’Al Qaïda au maghreb islamique(AQMI) : MUJAO, Ansar Dine d’avancer significativement dans la conquête du nord Mali (lui qui prétendait avoir détrôné le Général incapable qu’était ATT pour résoudre la question du nord), SANOGO via ses lieutenants se livre à des arrestataions de civiles et de militaires proches de l’ex locotaire du palais de Koulouba. Pas une semaine sans que les médias maliens et étrangers ne rapportent des arrestations surtout dans le rang des bérets rouges qui avaient osé un contre coup d’Etat contre le tout-puissant SANOGO. Malheur aux vaincus,  me dira-t-on !

Mais qu’on me dise si le Mali est devenu un no man’s land où chacun fait sa loi ou si nous sommes toujours dans un Etat de droit. Si nous sommes dans un Etat de droit  que le capitaine SANOGO arrête ces arrestations arbitraires qui plongent davantage les pauvres populations maliennes dans le désarroi ou qu’on l’arrête tout-puissant qu’il est. Les autorités maliennes doivent prendre leur courage à deux mains et prendre  leur responsabilité car il y va  de leur crédibilité. Si cela n’est pas fait, le pire est à craindre parce que les Maliens risquent fort de manisfester leur ras-le-bol dans la rue. Trop c’est trop !

Quant à SANOGO, il devait faire moins le fier s’il avait une once de dignité, ou d’amour  pour son pauvre Mali car que retenir de vraiment positif de son coup d’Etat à ATT à quelques jours de la fin de son dernier mandat ? Rien ! Trois fois rien ! Un pur gâchis !

C’est le lieu ici de saluer à sa juste valeur la décision des chefs d’Etat (lors de la 41e session ordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement à Yamoussoukro en république de Côte d’Ivoire) de retirer au capitaine SANOGO son statut d’ancien chef d’Etat, de ne pas reconnaître la junte et d’exiger le retour des militaires dans les casernes A.L.K.

Publié dans Actualité

Commenter cet article